statut des femmes avant la guerre

La femme considérée comme un être faible, inférieure, incapable de réflexion, de logique et de maturité paraît moins suspecte que les hommes En effet, dans la société française les femmes sont marginalisées, dépendante du mari, elles n'ont pas le droit de vote puisqu'elles ne sont ni électrices ni éligibles et n'ont aucun droit social. Ces inégalités sont l'héritage des siècles précédents avec notamment le Code de Napoléon, où les femmes sont réprimées, dépourvues de droits sociaux et moraux, considérées comme d'éternelles mineures. A la suite d'une campagne d'opinion qui s'est développée depuis 1931, le gouvernement Laval décide en 1935 le licenciement des femmes fonctionnaires mariées à des fonctionnaires. Les organisations catholiques mènent alors une campagne tonitruante pour le retour des femmes mariées et des mères de familles au foyer, mais se méfient, en France,  des conséquences de la manière forte: l'interdiction de favoriserait- elle pas l'union libre et la "stérilité volontaire" ? La campagne contre le travail féminin masque mal son caractère démagogique: la main-d'oeuvre féminine, qui constitue prés du tiers de la population active (taux très élevé par rapport aux pays voisins), a une place stable dans un monde du travail très ségrégué en fonction du sexe. Mais ce discours démagogique a une fonction d'intimidation et de culpabilisation qui fragilise la position sociale des femmes. L'accès aux études supérieures est freiné; des concours de recrutement sont désormais réservés aux hommes: les conquêtes des femmes dans le domaine de l'instruction sont ainsi remis en question. L'enjeu démographique dans la préparation à la guerre piège également les femmes. Après les lourdes pertes humaines de la première guerre mondiale, le combat contre le "déclin démographique" du pays est devenu un objectif politique assez consensuel. La loi de 1920 qui interdit la vente de contraceptifs et alourdit les peines pour avortement est votée à une très large majorité. La loi est modifiée en 1923, avec l'espoir que les chambres correctionnelles châtient plus durement les coupables. La politique familiale qui se met en place dans les années 1930 (Allocations Familiales en 1932, Code de la famille en 1939) a des visées clairement natalistes.                                    

 Malgré le statut d'infériorité des femmes et le peu de reconnaissance qu'elles ont, certaines d'entres elle parviennent à occuper une place importante dans la Résistance.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site